Sélectionner une page

Ce que nous avons appris en 6 ans d’entrepreneuriat

Aujourd’hui, cela fait exactement 6 ans depuis que nous avons quitté nos emplois et crée Convertera.

6 ans d’entrepreneuriat dans lesquels nous avons beaucoup évolué.

Alors pour marquer ce moment nous nous sommes dit que ça pourrait être utile de prendre du recul et partager avec vous nos réflexions sur les leçons apprises au fil du temps.

Voici donc les 6 choses que nous avons apprises en 6 ans d’entrepreneuriat.

 

Le mental

La première chose qui est très importante, mais dont nous avons réalisé l’impact plus tard : c’est le mental. Pour réussir dans l’entrepreneuriat, il faut avoir un mental d’acier.

Alors qu’est-ce que cela veut dire ?

Tout simplement qu’il faut se conditionner pour réussir.

On ne va pas se mentir, vous le savez très bien qu’il y a des hauts et des bas dans l’entrepreneuriat. Mais ce sont les moments difficiles et la façon dont on les gère qui font la différence à long terme.

Est-ce que « je laisse les obstacles me bloquer ou bien je les transforme en opportunités d’apprendre pour devenir une meilleure version de moi-même ? »

Si vous avez choisi d’entreprendre, c’est que c’est plutôt la dernière option qui vous parle.

Mais nous avons réalisé dans le temps à quel point il est important de nourrir cette façon de voir les choses.

De se dire : « je suis l’architecte de ma propre vie et les seules limites sont les limites de mes pensées. »

Alors, essayez de penser positif chaque jour : remplacez les doutes avec de la détermination, la peur avec de la curiosité… Voyez grand.

Vous verrez que ce sont ces petits ajustements dans la façon de voir les choses qui vous donneront les moyens d’atteindre vos objectifs.

Dans une interview, Steve Jobs a dit : « tout ce qui est autour de toi que tu appelles la vie a été créé par des gens qui n’étaient pas plus intelligents que toi. Quand tu comprends que tu peux la changer, que tu peux influencer la vie, le monde… et que tu peux créer des choses que d’autres personnes pourront à leur tour utiliser. Tu ne seras plus jamais le même ».

Ce que nous voulons dire c’est que nous nous sommes rendu compte combien il est important de garder ce grain de folie à long terme, de se rappeler chaque jour que les seules limites sont celles de nos pensées.

Et de prendre le temps chaque jour de se rappeler ce qu’on veut accomplir.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Irina Nicu (@irina_nicu) on

Continuer d’apprendre

Un autre conseil qu’on pourrait donner, c’est de continuer à apprendre, de toujours s’améliorer, apprendre de nouvelles compétences.

Alors ça parait évident, mais dans la réalité on a souvent des croyances limitantes. C’est-à-dire des « blocages mentaux ».

Une croyance limitante est une vue de notre esprit qui nous fait croire que l’on n’est pas capable de faire certaines choses. Elle nous vient le plus souvent de notre éducation ou de nos expériences passées (en particulier de nos échecs).

Ces fausses croyances sont toxiques, car elles brident notre potentiel. Elles ont aussi un effet pervers : plus on y croit fort, plus on essaiera de trouver des preuves pour les justifier.

C’est par exemple lorsqu’on se dit : « parler en public ce n’est pas pour moi, je n’y arrive pas ».

Alors que dans la réalité, on peut toujours s’améliorer.

Il y a plein de livres, de formations, de méthodes pour nous aider à améliorer sa prise en parole en public.

Si vous regardez les keynotes de Zuckerberg avec Facebook, il y a une énorme différence avec ses premiers interviews au début de Facebook. Je pense qu’il a compris à l’époque que c’était une compétence qu’il devait maitriser pour aller loin.

Il a beaucoup travaillé, et ça montre que l’on peut vraiment apprendre n’importe quelle compétence si l’on s’en donne les moyens.

C’est pour ça que nous essayons de dédier du temps tous les jours pour acquérir de nouvelles compétences dans notre domaine. Pour avancer dans la vie, il faut s’améliorer en permanence.

Alors, apprendre c’est bien, mais après il faut aussi passer à l’action.

« La lecture, passé un certain âge distrait trop l’esprit de ses quêtes créatives. Toute personne qui lit trop et utilise trop peu son propre cerveau tombe dans des habitudes de pensée paresseuses » – Einstein

Dans son livre la semaine de 4 heures, Tim Ferriss conseille de pratiquer l’ignorance sélective.

C’est-à-dire une diète d’information similaire aux régimes alimentaires.

Oui il faut apprendre, mais il faut faire attention à ne pas consommer trop d’informations qui ne nous apportent rien, et qui proviennent des mauvaises sources ou qui ne nous aident pas à atteindre nos objectifs.

Une bonne pratique est d’apprendre 20% du temps, et exécuter 80% du temps.

C’est l’action qui détermine le succès, la façon dont on utilise ce qu’on a appris et non pas la quantité d’informations accumulées.

Penser à long-terme

L’entrepreneuriat n’est pas sprint. C’est un marathon.
Le succès cela prend du temps. Ça ne se fait pas du jour au lendemain.

Je ne dis pas que l’on ne peut pas atteindre des sommets rapidement. On peut lever des fonds par exemple…mais même dans ce cas c’est le travail dur et l’endurance qui font que l’on va réussir.

C’est étrange quand on pense au fait que cela fait 6 ans que nous avons créé Convertera.

D’un côté, ça parait beaucoup, mais d’un autre côté nous avons l’impression que ça faisait plus… comme si nous avons fait ça la moitié de notre vie.

Dès le départ on s’est lancé dans cette aventure avec l’idée de construire quelque chose de solide. On est parti pour un marathon.

Nous avons souvent rencontré au fil du temps des jeunes dans des startups qui nous ont dit : « je veux réussir pour qu’on se fasse acheter d’ici 3 ans pour X millions d’euros. »

Et l’on n’a jamais compris cette approche… si tu entreprends, que tu mets toute ton âme, ton énergie, une partie de ta vie dans ton entreprise, il faut avoir une vision plus grande à long terme que de simplement vouloir se faire racheter et abandonner le projet.

Comment trouver la motivation si tu démarres le marathon en te disant que de toute façon tu ne vas pas aller jusqu’au bout ?

Même si l’on est au bout de nos forces, on se dit : « allez, je vais faire encore 1km ou je vais continuer jusqu’au prochain carrefour »… mais c’est bien la ligne d’arrivée / la vision qui donne envie d’avancer.

Parce que dans le sport il faut se préparer tous les jours, travailler dur et avec récurrence pour de petites victoires… C’est ce qui va faire que dans le temps on va réussir.

Et dans l’entrepreneuriat c’est exactement ça.

À chaque échec, nous avons appris quelque chose qui nous a fait avancer.

Les périodes intenses et épuisantes avec des dates d’échéances serrées nous ont appris qu’il faut prendre du recul et qu’il faut que notre vie personnelle et notre entreprise puissent cohabiter sans avoir à choisir entre l’une ou l’autre.

En fait la clé c’est la persévérance. Toujours continuer avec le même optimisme et de la discipline.

Dans notre cas, nous essayons d’avoir la même routine tous les jours : se lever, méditer, travailler, faire du sport, travailler, écrire, lire… C’est le mécanisme qui fait que chaque jour on avance.

À propos de la persévérance, il y a un film « The Dawn Wall ». C’est un film sur la première escalade du mythique mur de El Capitan dans le parc du Yosemite.

Une voie que tout le monde pensait que c’était impossible à faire en escalade libre. Ça fait 900 mètres de haut, et les grimpeurs ont finalement mis 19 jours à escalader la paroi.

Ce film montre que si l’on en a la volonté, on peut rendre l’impossible possible.

 

Rester focus, ne pas s’éparpiller

Une des choses importantes que l’on a apprises, c’est que pour atteindre son objectif il faut rester focus et ne pas s’éparpiller.

Souvent le problème c’est que l’on veut faire beaucoup de choses en même temps.

On a envie de courir ce semi-marathon, apprendre à jouer de la guitare, voyager plus, commencer un journal, s’impliquer dans une association… et développer une entreprise.

Il faut savoir dire non, se limiter à un nombre restreint d’objectifs.

Car dans le cas contraire, ce qui finit par se passer, c’est que l’on ne fait rien… on ne termine pas ce que l’on a commencé. On n’a pas le temps de créer un momentum et l’on finit par baisser les bras.

Nous croyons à l’importance de rester simple, au minimalisme. Ça aide à ne pas s’éparpiller et à rester concentrer sur ce qui fonctionne.

Il y a aussi le fait que l’on ne peut pas être connu pour tout.

Peut être que vous avez déjà remarqué, parfois sur linkedin il y a des personnes qui mettent : Jean Charles Machin est entrepreneur, blogueur, speaker, coach, auteur, investisseur, advisor, joueur d’échecs pro, amateur de vin… On ne peut pas être connu pour tout cela.

Mozart était compositeur. S’il avait décidé d’être également un peintre reconnu, ça n’aurait pas marché.

La plupart des gens qui sont reconnus à un niveau national ou international, quand on regarde dans le détail… ils ont dans la très grande majorité des cas maitrisé une compétence et ignoré tout le reste.

Et c’est une fois que l’on a maitrisé cette compétence, que l’on peut passer à autre chose.

Par exemple, Arnold Schwarzenegger est connu en tant que bodybuildeur, acteur et gouverneur de Californie.

Mais quand on regarde sa biographie, c’est vraiment après avoir arrêté sa carrière de bodybuildeur, que sa carrière d’acteur a décollé. Et pareil lorsqu’il était gouverneur de Californie, il a arrêté de tourner dans des films à gros budget.

On ne peut pas tout faire. Rester focus, ne pas s’éparpiller, c’est ultra important.

Que ce soit nos objectifs, nos routines, notre travail au quotidien…, simplifier les choses et ne garder que ce qui a le plus d’impact… c’est une règle clé pour ne pas se sentir dépassé, garder notre énergie et notre motivation.

Et pour que cela fonctionne encore mieux, une fois que vous savez sur quoi vous voulez vous concentrer : mettez en place des processus.

Ça permet d’optimiser le fonctionnement de l’entreprise, car vous gagnez pas mal de temps, mais aussi de déléguer plus facilement et d’agrandir votre équipe.

Créer des systèmes

Une chose que l’on a apprise et que je pense que plus vous l’appliquez tôt dans votre entreprise, plus vous allez réussir vite : c’est de créer des système.

Par exemple, vous faites quelque chose un jour qui fonctionne très bien.

Pour amplifier son effet, il est vital que vous puissiez le reproduire à l’avenir. Donc, analysez ce qui a marché et décomposez le processus en plusieurs étapes.

Dans notre cas ce sont surtout les processus d’analyse et de conseil, l’organisation de la semaine ou même le processus pour rédiger et diffuser cet article.

 

L’importance de créer du contenu

Une autre chose que l’on a apprise, c’est l’importance de créer du contenu pour se rendre visible, montrer son expertise ou mettre en avant ses produits.

De notre côté, on ne l’a pas fait dès le départ de manière régulière et on l’a vraiment regretté.

Même si c’est clair qu’investir dans la publicité permet de faire connaitre ses produits rapidement, la création de contenu apporte beaucoup d’avantages.

Pas mal d’entreprises dépensent du temps et de l’argent à faire de la publicité sur les réseaux sociaux en parlant d’elles-mêmes et elles finissent par échouer.

Car la réalité c’est que personne ne se soucie de votre entreprise ou de vos produits.

Le meilleur moyen c’est de créer du contenu axé sur les besoins du client que les internautes trouvent utile, éducatif ou divertissant. L’idée est que ce soit engageant, pour qu’ils le partagent à d’autres personnes.

Et puis lorsque les gens interagissent avec le contenu, avec des commentaires, des likes, des partages… ça favorise les conversations et potentiellement créer du buzz et faire grossir votre audience.

Ce qui permet aussi d’en apprendre beaucoup avec les commentaires sur les besoins des clients, leur perception de l’entreprise et des produits.

Nous vivons à une époque formidable. Avant on devait payer cher pour communiquer dans les médias traditionnels.

Aujourd’hui, on peut se créer sa propre émission de radio avec un podcast, son propre magazine avec un blog ou sa propre émission télé avec une chaine YouTube.

Il y a aussi cette fausse idée que le marketing de contenu ne fonctionne que pour certains secteurs, comme les marques grand public.

On entend souvent : « Oui, nos clients ne liraient pas notre blog »

Nous pensons que ce n’est pas vrai. Si l’on utilise le bon angle, avec du contenu intéressant et qui apporte de la valeur pour les clients, il y a vraiment des opportunités.

Nous espérons que ces idées vour aideront à construire de meilleures entreprises.

Le mental, apprendre de nouvelles compétences, penser à long terme, ne pas s’éparpiller, la création de systèmes et de contenus sont les 6 choses que nous avons apprises et qui ont eu le plus grand impact dans le success de Convertera.

 

Que souhaitez-vous améliorer ?

Vendre
plus de produits

25 méthodes
pour booster vos
ventes e-commerce.

Augmenter
votre liste d’emails

Comment construire
rapidement votre
liste d’emails.

Diminuer
les paniers abandonnés

+20% de ventes
en diminuant les
paniers abandonnés